top of page

YOGA, les 7 chakras: Viśuddha

Le cinquième chakra « Vishudda » désigne la zone de la gorge. Il peut être traduit par « complètement purifié ».

Dans le mythe de Shiva, anges et démons barattent un océan de lait, allégorie du questionnement intérieur que sous-tend une pratique consciente du yoga.

Un poison est extrait de ce barratage. Il s’agit de l’illusion dont est victime l’individu.

Shiva le boit et afin de ne pas être totalement contaminé par son ingestion, le maintient dans sa gorge. Quand il l’avalera, le poison deviendra « Amrita » ou nectar divin : infinie réalité.

Cette rétention au niveau de la gorge est une allégorie de la méditation, acte de réflexion, afin d’emmener à la conscience les mécanismes aliénants de notre psyché.

Avaler le poison symbolise l’intégration de l’enseignement.

L’étymologie du verbe « intégrer » signifie réparer, remettre en état. Nous y retrouvons également l’adjectif « intègre ». Il indique que la pensée qui est corrompue par le conditionnement doit retrouver son état naturel : libre et pur.

Ce mythe pointe aussi la qualité de poison / remède en toutes choses. Elle nous rappelle que sans conscience ce qui nous influence au quotidien nous éloigne de nous-mêmes. Avec un effort de réflexion, bien qu’amère et dure « à avaler » la Vérité a pour unique destin que nous la reconnaissions.

Dans cette zone de transformation représentée par la gorge se rencontrent également l’inspire et l’expire, friction primordiale et nécessaire à la naissance du langage. Comme toutes choses il a une double qualité: poison ou remède selon l’état de conscience de celui qui s’exprime. Ainsi ce lieu désigné par vishudda chakra contient en lui même la potentialité de l’expression conditionnée (poison) et celle du message pur contenant la vérité du Soi (remède). L’individu après un effort de méditation débarrasse sa pensée du superflu. Il remet ainsi en état son monde intérieur. Il intègre l’enseignement et fait le lien (yoga) entre sa pensée et sa nature. Il est alors expression pure du Soi.

Dans la séquence de fin de l’ashtanga yoga la posture salamba sarvanghasana place le menton très proche de la gorge fermant ainsi son espace. Cette posture nous invite à méditer le poison/illusion présent dans l’ici et le maintenant afin de le révéler par l’acte de la réflexion.

Ensuite la posture Matsyasana qui étire la région de la gorge vers l’arrière ouvre le passage et permet l’intégration du poison : la compréhension du verbe.

La gorge « se noue à nos larmes » et se « déploie à nos rires ». Comme l’indiquent ces expressions populaires, c’est un organe réactif à notre état intérieur.

L’individu qui discerne le sensible est capable de voir les mécanismes inconscients qui sous tendent ses réactions affectives et inappropriées. Il peut ainsi agir à partir d’une pensée dont il est maître au lieu de réagir à partir de biais psychologiques.

La pensée clarifiée peut poursuivre son ascension vers les zones hautes de la tête.

Vishuddha chakra indique la gorge, un passage étroit. Il est un accès vers l’intériorité de l’être, de par la méditation qu’il suppose. Il est le lieu du langage, moyen d’expression de Soi dans le monde. C’est dans ce mouvement permanent entre réflexion « en soi » et expression « de soi » que la pensée se transforme pour retrouver sa pureté originelle.

Car il s’agit bien, au plus profond de son être, de partir à la conquête de sa nature perdue.

Barbara



La gorge, lieu du mouvement permanent entre réflexion « en soi » et expression « de soi » que la pensée se transforme pour retrouver sa pureté originelle.
YOGA Les 7 chakras: Viśuddha


Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page